Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lettre à Manu Dibango

"Nous n’attendions pas que ce virus te tue et dérobe nos adieux"

 

Tonton Manu,

C’est ainsi que je t’appelais...

Léonora Miano, femme de lettres, rend un magnifique hommage à Manu Dibango

lu ce mercredi 25 mars par Augustin trapenard sur France Intermanu-dibango-festival-jazz-au-fil-du-cher_4701396.jpeg

Écrire un commentaire

Optionnel